Centres sociaux en danger : suivi de la mobilisation

Suite à l’arrêt des contrats aidés, les centres sociaux de Charente-Maritime, comme de nombreuses autres associations, sont ou vont être extrêmement fragilisés, voire même mis en péril.

En France, le collectif des associations a lancé un appel au rassemblement le mercredi 18 octobre, désignée de « Journée noire des associations », afin d’inciter le gouvernement à ouvrir le dialogue pour revoir cette décision. Il a mis en ligne une pétition : « NON à l’immense plan social sur les contrats aidés ! » qui, en quelques jours, a dépassé les 3 400 signataires, dont 750 associations et fédérations.

Il incitait aussi à interpeller nos députés via une plateforme  « Les associations sont à notre service, défendons les contrats aidés ! » qui permet de leur envoyer un message électronique.

Une deuxième journée noire a eu lieu dans toute la France le 10 novembre. 

Dans notre département, les centres se sont aussi mobilisée depuis l’automne. 

Voici quelques exemples des actions qu’ils ont réalisées cet hiver :

  • Villages d’Aunis à Dompierre

Suite à une rencontre entre bénévoles et salariés le 7 octobre dernier, les personnes du centre social ont décidé de porter des brassards orange fluo « Centre sociaux en danger » et de réaliser des affiches, afin d’alerter les adhérents et les familles sur les incidences des baisses importantes de financement, dues à la suppression des contrats aidés. Une pétition circule dans tous les lieux d’accueil du centre social. Le conseil d’administration va rencontrer les maires et les élus des communes, pour réfléchir aux conséquences et tenter de trouver des solutions. Il faudra notamment prendre en compte la fin de l’aménagement des rythmes scolaires sur leurs deux communes, pour la rentrée prochaine.

Villages d’Aunis Crédit photo: JP. Galtier

  • Les Pictons à Marans

A Marans, le centre invite tous les usagers à réfléchir aux principales problématiques liées à la suppression des contrats aidés : l’insertion professionnelle et les moyens financiers. Un cahier d’expression est à disposition.

  • Le Pertuis à La Rochelle

Le 13 octobre, une grande majorité des salariés du Pertuis, à La Rochelle, étaient en grève pour manifester contre l’arrêt des contrats aidés (13 personnes concernées au centre) et contre le désengagement de l’Etat sur le CLAS. Toute la journée, ils ont distribué des tracts et échangé avec les adhérents, les habitants et les partenaires pour expliquer  les conséquences de telles décisions. Une pétition  est en cours.

  • Le CAC à Surgères

Le Centre d’Animation et de Citoyenneté a organisé un premier rassemblement le 21 septembre pour toutes les associations touchées. Le compte-rendu de cette soirée est disponible dans cet article. Un second rassemblement  a eu lieu jeudi 9 novembre, vous en trouverez un résumé ici.

  • Les 4 Vents à Lagord

Mercredi 18 octobre, journée noire des associations en France, le personnel du centre social de Lagord et ses élus ont manifesté pour dénoncer la mise en danger de l’association, engendrée par la suppression des contrats aidés. En novembre, le centre a rencontré Olivier Falorni et deux autres rencontres sont prévus avec le maire de l’Houmeau et les élus de Lagord, en décembre.

Les 4 Vents Crédit photo : JP O.

 

 

 

 

 

 

  • Georges Brassens à St Sulpice de Royan

Le centre a effectué une grande campagne de sensibilisation et de mobilisation la semaine du 12 au 17 novembre : blocage de rond-point, sorties d’école, tractage, pétition carte postale.

G. Brassens Crédit photo F.V.

  • Espace Mosaïque à Courçon

Affichage dans les locaux, notamment pour alerter les usagers que la « Chinnetterie » est directement menacée par la mesure gouvernementale. Le centre relaie la pétition nationale en ligne sur change.org. et invite le public à aussi signer une pétition locale, mise à disposition sur les sites de l’accueil du centre et sur les espaces de vente de la Chinetterie et d’ Ok Frip (la friperie). Un courrier a été adressé aux mairies et associations du territoire d’Aunis Atlantique. Il était accompagné d’un questionnaire pour mesurer l’impact de la suppression des contrats aidés à leur niveau, et leur souhait d’en débattre. Huit structures ont répondu, suite à quoi une rencontre avec les élus et les associations est prévue  lundi 11 décembre à 19 h au centre social.

  • CS de Tasdon – La Rochelle

Le centre organise une réunion publique en présence des représentants de la ville, mercredi 6 décembre à 18 h 30, à la Maison des associations de Bongraine. Elle sera axée sur le devenir des quatre structures d’accueil des enfants (CLSH, périscolaire et deux haltes-garderies).

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Le CAP à Tonnay-Charente

Le CA a rédigé une lettre aux adhérents pour leur exposer les risques engendrés, à très court terme, par la suppression des contrats aidés. Le centre est confronté à un double problème car il pourrait aussi perdre la subvention de fonctionnement de la CAF. Il invite tous les usagers à une réunion publique le 29 novembreLettre aux usagers CAP

  • Espace Camaïeux à St Xandre

Le centre a lancé une campagne d’affichage et a mis un livre blanc à disposition du public.  Tous les habitants sont invités à une réunion publique jeudi 14 décembre à 18 h 30, à la Maison de l’Enfance.